Mois de l’enfance : Les Contes de la Côte Ouest de Madagascar réédités

Avec des rayons vides, les « Contes de la côte Ouest de Madagascar » vont être réédités par Ambozontany et Karthala à l’occasion du mois de l’enfance. Ces contes pour enfants parus en 2004 relèvent 12 histoires et légendes malgaches recueillies entre 1977 et 1984.

Réédition des Contes

Les « Contes de la côte ouest de Madagascar » est un livre écrit par Noël Jacques Gueunier, paru pour la première fois en 2004. Il sera donc relancé à l’occasion du mois de l’enfance et refait peau neuve. Ce sont les maisons d’édition Ambozontany et Karthala qui vont prendre le relais.

Ces contes et légendes recueillis entre 1977 et 1984 ont connu un fort succès au point d’être en rupture de stock. Le livre contient 12 contes qui ont été écoutés et retranscrits le long de la côte ouest de Madagascar, entre le fleuve Onilahy au sud et Nosy Mitsio au nord.

Un auteur ethnolinguiste

Noël Jacques Gueunier, l’auteur des « Contes de la côte ouest de Madagascar » est un ethnolinguiste reconnu. Il a enseigné à l’université de Toliara durant 12 années, de 1976 à 1989 en tant qu’assistant coopérant. Entre temps, il a publié des recueils en malgache (malagasy), la langue officielle à Madagascar avec le français.

Des contes pour enfants

Ce livre de 200 pages raconte 12 histoires et légendes locales. Parmi les plus connues, on relève « Le conte de Boanaoasy », « Le talisman de Bère » et « Le coq d’or ».

Ces contes mentionnent divers sujets comme la place de l’homme dans le monde, sa différence avec les animaux, sa sagesse… D’après l’auteur, les contes sont les « menteries des jours anciens » mais ils sont ouverts « à de multiples contacts parce qu’ils sont vivants et repensés d’une manière nouvelle à chaque génération ».

La littérature malgache

La littérature malgache était autrefois orale, d’où le fait qu’on trouve de nombreux contes, proverbes, dictons, devises, énigmes et chansons. Toutefois, depuis le début du 20 ème siècle, la production d’œuvres littéraires françaises débute avec la mise en place de l’enseignement français.

L’annexion de Madagascar par la France a eu un réel impact sur la culture locale. La langue française est alors devenue la langue officielle. C’est en 1948 que le public francophone a découvert ce type de littérature avec la publication de Senghor : « Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache » qui fut écrit par 6 poètes dont 3 originaires de l’île.

Cette littérature est alors empreinte d’une double identité : les premiers auteurs francophones, inspirés de la métropole, s’étaient laissé prendre dans le mouvement de la littérature malgache écrite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *